Tyranny, fin de partie ?

Il y a un mois, le présent blog se faisait l’écho de ma nouvelle plongée dans les jeux vidéo à cause de la plateforme Steam. Après avoir achevé Pillars of Eternity I et II, j’ai embrayé en février sur un autre RPG « à la Baldur’s Gate », lui aussi développé par Obsidian : Tyranny. Venant tout juste de le terminer (ou plus exactement de voir deux des fins possibles, d’ailleurs quasiment identiques) sans y retrouver même le plaisir de jeu, et n’ayant pas trouvé de successeur du même genre, je me demande si cette partie n’était pas la dernière avant longtemps. J’ai bien quelques RPG dans ma liste de souhaits Steam mais j’attends qu’ils soient en solde et je doute de leurs qualités. Cela aurait l’avantage de me laisser du temps pour me remettre à lire (des BD, des livres d’étude sur la BD, de la SF, des essais, des romans 10/18, etc.) et à écrire (des chroniques, des billets, des messages), au lieu de passer mon temps sur Steam. D’ailleurs, illustration de cette envie de désaffection, je me suis mis à écrire un petit quelque chose sur Tyranny dès le générique de fin passé.

Il s’agit donc là aussi d’un jeu de rôle en 3D isométrique proposant des combats en temps réel avec pause. Le site de l’association Pixels le présente bien. Le tout est très classique, ce que je recherche, détestant les jeux en pure 3D. Par contre, comme le pointe le test proposé par jeuxvideo.com, l’histoire proposée est trop courte (même avec le DLC Tales from the Tiers), le monde trop petit et les sous-quêtes sont trop peu nombreuses, régulièrement mal amenées et souvent peu palpitantes. L’extension Bastard’s Wound a les mêmes défauts, surtout que je l’ai faite avec des stats gonflées pour me faciliter les combats. Cela n’en fait pourtant pas un mauvais jeux, loin de là, il faut juste se faire à l’idée qu’il n’est pas aussi immersif que Baldur’s Gate ou Pillars of Eternity et qu’il n’occupera pas ses loisirs pendant des semaines et des semaines. Tout d’abord, il est très plaisant d’être, pour une fois, du côté des méchants envahisseurs. On est là pour soumettre des populations, pas pour les défendre. Les irréductibles Gentils peuvent toutefois rejoindre le camp des rebelles, mais quel intérêt ? Cela m’a rappelé, dans un genre totalement différent, l’excellent jeu de combat spatial Tie Fighter où nous jouions du côté de l’Empire, aidant ainsi à notre niveau l’Empereur et Dark Vador à vaincre les rebelles. Qu’il est bon d’être mauvais !

Ensuite, graphiquement, le jeu est réussi, même s’il faut s’habituer à un dessin très stylisé et très coloré, peut-être peu en adéquation avec la noirceur des paysages et de l’histoire. Cependant, le plus plaisant et le plus intéressant est incontestablement la place donnée aux femmes dans le monde de Terratus. Si les deux Archontes envoyés au front (Graven Ashe et Nerat Polyvoix) sont des hommes, des chefs de guerre, ils ont énormément de subordonnées, y compris à des postes importants. Par ailleurs, il est possible de recruter quatre compagnonnes pour deux compagnons de quêtes. Et elles sont toutes intéressantes à jouer : il y a Verse, combattante émérite et tueuse sans scrupule. Il y a aussi Eb, une puissante magicienne bien plus utile dans les combats que Landry, son homologue masculin. Enfin, il y a Tue-dans-ombre, dernière représentante des Femme-bêtes de la tribut des Chasse-ombres. C’est une combattante puissante qui peut remplacer sans peine dans le rôle du tank Barik, un guerrier modèle et loyal à son Archonte, un peu trop rigide sur les principes. L’avantage est qu’il monte vite en niveaux. Par contre, j’ai peu utilisé, à tort, Sirin, une Archonte du chant, ce qui fait que je n’ai pas réellement d’avis à son sujet. Elle a l’air d’être puissante et je me dis que j’aurai dû constituer mon équipe 100% féminine bien plus tôt.

En effet, ayant choisit d’incarner une Scelleuse (et non un scelleur pour une fois), on aurait pu penser que j’aurai constitué rapidement ce groupe 100% féminin. Mais la linéarité du jeu permet de recruter assez rapidement Lantry et Barik, qui sont assez indispensables au début. Cela m’a fait garder le plus souvent ces deux personnages masculins par facilité. Il faut dire que, à l’instar de Verse, ils ont tous les deux des quêtes qui leur sont associées (je n’ai pourtant pas terminé celle de Lantry). Comme quoi, entre mon conditionnement et celui des concepteurs du jeux, l’aspect « féministe » du jeu n’est pas si développé qu’il le semblerait de prime abord. Il y a toutefois un détail « amusant » concernant la question du genre. Selon les personnages, le sexe de Kyros varie. Pour certains, c’est un homme alors que pour d’autres, c’est une femme. Mieux encore, Sirin, qui a été pendant plusieurs années à son service direct, nous contredit lorsqu’on en parle à la troisième personne du masculin, et vice-versa. Alors : il, elle, iel ou autre ?

En fait, pour avoir la réponse à cette question « si importante » 🙂, il faudrait que Tyranny II sorte un jour (ce qui ne risque pas d’arriver vu les ventes décevantes du présent opus et de PoE II). Cela permettrait aussi de mieux profiter des Flèches qui ne peuvent pas être exploitées à leur plein potentiel à cause d’un jeu qui se termine trop vite (sans parler de ma compréhension tardive de leur utilité autre que de servir de téléporteurs) et des ressources importantes qu’elles demandent pour leur utilisation. Sans doute, il faudrait rejouer l’histoire deux ou trois fois, en choisissant des factions différentes, en adoptant des comportements plus variés grâce à une meilleure compréhension des mécanismes du jeu. Malheureusement, je n’en ai pas le courage, du moins pas pour l’instant (car ça reste un bon jeu)…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.