Pathfinder: Kingmaker, stop ou encore ?

Après avoir terminé Tyranny, un CRPG malheureusement bien trop court, j’ai voulu commencer immédiatement un autre titre du même genre. Après avoir passé un peu de temps à chercher celui qui me conviendrait, je me suis mis à jouer à Pathfinder: Kingmaker pendant un peu plus de deux mois, de mi-mars à mi-avril, ce qui a totalisé près de 130 heures (à comparer aux 39 heures pour Tyranny). Depuis, j’y reviens de temps en temps pour faire quelques niveaux du donjon rogue-like ajouté par le DLC « Beneath The Stolen Lands ». Étant donné que ces niveaux sont générés semi-aléatoirement, il n’y a pas réellement de fin (ce qui n’est pas le cas lorsqu’on l’explore durant l’aventure principale, ce que j’ai fait non sans difficultés ni sans tricher). L’idée est d’obtenir deux ou trois succès supplémentaires, liés à ce DLC.

Il faut reconnaître que le jeu n’est pas si mal, il arrive assez rapidement à être addictif. Basé sur l’univers de Pathfinder, dont j’ignorais l’existence jusque-là, le jeu vidéo adapte sous forme de RPG en 3D isométrique la série de livres d’aventures Kingmaker. Les six tomes se retrouvent ainsi dans les différents chapitres du jeu vidéo ou dans un des DLC. D’ailleurs, on peut considérer qu’il y a trois parties différentes dans Pathfinder: Kingmaker. La première sert à constituer son équipe, à monter en niveaux et surtout à obtenir une baronnie. Une fois ceci réussi, il s’agit de conquérir petit à petit les territoires environnants et monter en grade jusqu’à devenir reine ou roi de son domaine. Enfin, il faut réussir à sauver son royaume d’une ancienne malédiction en affrontant la super méchante : Nyrissa (sauf qu’il y a un méchant encore plus méchant à vaincre ensuite).

Comme avec Tyranny, c’est Hervia qui reprend du service (tout comme Yinia en tant que compagnonne) et qui a donc la lourde tâche de devenir la « numero uno » du monde proposé par le RPG. Je peux vous dire que c’est du boulot, les ennemis rencontrés sont régulièrement très (trop ?) puissants alors que je jouais en mode facile. Bien entendu, très rapidement, je suis parti à la recherche d’un éditeur de sauvegarde pour « muscler » l’équipe et faire couler à flot l’argent indispensable au développement de la baronnie; Car il faut reconnaître que les combats sont assez techniques et demande d’utiliser les bons sorts au bon moment sur les bons ennemis. Vu que je n’ai plus la patience de la jouer fine, j’avais créé une équipe de « bourrines » bien dopées à la triche. Et même comme ça, ça n’a pas toujours été simple. La dernière partie du jeu, très nihiliste (ce qui m’a rappelé Ultima VII Serpent’s Isle pour cet aspect fin du monde) n’est pas simple, ce qui est normal pour un grand final. À l’arrivée, il en résulte un jeu très plaisant à faire, où la partie gestion de la baronnie aurait gagné à être un peu mieux développée et à donner un peu plus de temps avant de déclencher le chapitre final. J’imagine qu’il aurait fallu que je me concentre plus sur cette partie du jeu, mais il faut reconnaître que ce n’était pas très palpitant.

Aucun autre RPG ne trouvant grâce à mes yeux actuellement, il ne me reste plus qu’à attendre la suite prévue pour la fin de l’année : Pathfinder: Wrath of the Righteous est en cours de développement. J’en serai !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.