La Bande dessinée asiatique au festival d’Angoulême (2B/4)

Voici le chapitre venant clore ma mise en lumière du premier « âge d’or » de la bande dessinée asiatique au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. L’année 2008 voit l’arrivée d’une importante nouveauté : le Manga Building. Comme l’annonce le dossier de presse, « le site dévolu au manga se réinvente […]. L’Espace Franquin se transforme en Manga Building pendant la durée du festival, sur le modèle des immeubles du quartier branché d’Akihabara à Tôkyô, épicentre de la culture manga. Un lieu différent pour découvrir ou retrouver le meilleur de la bande dessinée asiatique, dans toute sa diversité ». Cette organisation est mise en place durant trois années, entre 2008 et 2010, et reprend les principes vus lors de l’édition de 2007.

Sous la direction de Julien Bastide (mais nul doute que Nathalie Bougon a énormément contribué à sa mise en place), le Manga Building bénéficie d’espaces dédiés aux trois principaux types d’animations proposées : expositions, projections et rencontres / conférences. Il s’agit d’utiliser le sous-sol (avec ses trois salles) et le rez-de-chaussée du bâtiment. C’est ainsi que la salle Paul Iribe, avec ses 350 m² permet de proposer une exposition ambitieuse, que la salle Luis Buñuel admet jusqu’à 300 spectateurs pouvant assister aux principales rencontres et projections, et que la salle Georges Méliès, nettement plus petite avec ses 48 places, est dédiée aux projections et aux conférences / rencontres / tables rondes. De plus, les murs du sous-sol servent de lieu d’accrochage pour de petites expositions de planches dédiées à tel ou tel auteur. Enfin, une petite salle technique sert de lieu de repos et de stockage pour l’équipe des bénévoles (uniquement en 2008). Le rez-de-chaussée est nettement moins fonctionnel, avec un accueil général (qui ne présente aucun intérêt), un renfoncement permettant d’installer un unique stand (celui du magazine Animeland), un autre situé entre deux salles permettant (la première année seulement) de recevoir une vingtaine de personnes pour assister à des ateliers de dessin ou à trois ateliers sur la traduction des mangas.

La première année

Le programme de l’année 2008 est chargé, avec une prédominance de projections d’animés, si ce ne sont les premiers épisodes de séries à succès ou en relation avec les mangaka invités, ce sont des longs métrages d’animation, certains étant diffusés en avant-première ou en exclusivité. Inutile de dire que tout ceci ne m’intéresse pas trop : nous sommes là pour les rencontres et les expositions ! Cependant, le public répond présent. L’exposition dédiée à Lady Snowblood se résume à une poignée de planches originales (certes bien jolies) ; celle consacrée au célèbre studio CLAMP est d’un tout autre niveau. Divisée en quatre « salles », cette dernière, montée par Nathalie Bougon et Julien Bastide, est une vraie réussite (elle suscite même l’intérêt de Jean Giraud / Moebius qui vient la voir le vendredi). La première partie présente les principales thématiques que l’on retrouve dans l’œuvre de CLAMP à l’aide de nombreuses illustrations et cartels. La deuxième présente les différentes étapes de la réalisation d’un manga en présentant le rôle de chacune des quatre mangaka au sein du studio. On y trouve aussi les ateliers de dessin dédiés aux enfants. La troisième propose une vidéo où les auteures parlent de leurs tâches, de leur rôle dans le groupe. Enfin, la quatrième permet d’admirer des planches originales, sorties du Japon pour la première fois (malheureusement, les photos sont interdites). Pour être complet, évoquons la mini-exposition dédiée à l’univers Dofus et présentant le travail des auteurs sur la version « manfra ».

Concernant les rencontres, conférences et tables rondes, il faut surtout signaler la visioconférence organisée le samedi matin entre Jirô Taniguchi (présent à Tôkyô sur le site de l’Institut français du Japon) et François Schuiten (dessinateur des Cités obscures), animée par Benoit Mouchard, le directeur artistique du festival, et Julien Bastide, le responsable du Manga Building. Pendant 1h30, les deux auteurs échangent sur leur conception du médium et leur façon de travailler. Puis ils répondent aux questions du public. Grâce à Casterman, grand pourvoyeur d’invités asiatiques, les quatre jours du Manga Building sont rythmés par les rencontres avec Kim Dong Hwa (Histoire couleur terre), Yoshio Sawai (Bobobo-Bo Bo-Bobo) et Daisuke Igarashi (Sorcières) dont le compte rendu est disponible sur le mini-site « Mangaverse à ». N’oublions pas Tori Miki (Intermezzo chez IMHO) qui, comme ses trois « collègues », a droit à la grande salle Buñuel qui résonne comme une cathédrale par manque de public. Le Coréen Kang Do-ha (Catsby chez Hanguk / Casterman) et le Hongkongais Lai Tat Tat Wing (L’Enfer de Jade chez Hua Shu / Casterman) ont droit, eux, à la salle Méliès, bien plus adaptée par sa taille à ce genre de rencontre qui n’attire jamais la grande foule. Ladite salle est aussi le lieu de deux conférences : « Les onomatopées dans la bande dessinée japonaise » par Marie- Saskia Raynal (traductrice et ancienne du Virus Manga) et « De Dragon Ball à Death Note : une étude du “shônen manga” », par Nicolas Penedo (journaliste spécialisé à Animeland). Enfin, n’oublions pas l’atelier « Le Mystère des bulles : comment sont traduits les mangas ? » animé à trois reprises par Grégoire Hellot, le responsable de Kurokawa, qui a aussi proposé une conférence sur le même thème le jeudi au Pavillon Jeunes Talents (lieu qui a aussi organisé un débat sur le « manga européen») et les nombreux ateliers de dessin animés par des étudiants de l’école privée Eurasiam.

La bande dessinée asiatique est aussi présente en dehors du Manga Building avec le Pavillon Chine situé dans la cour de l’Hôtel de ville. Celui-ci présente un aperçu de la variété de la bande dessinée de la Chine continentale avec la venue d’une quinzaine d’auteur·e·s. Je dois avouer que l’équipe mangaversienne a un peu zappé cet espace, ce qui est une erreur qui ne sera pas renouvelée en 2015. Côté éditeurs, notons la présence de la Corée du Sud (stand Manhwa), de Pika, SeeBD, Tonkam, Ki-oon et Xio Pan dans Le Monde des bulles, sans oublier les espaces dédiés chez Bamboo, Carabas, Casterman, Delcourt, Glénat, Panini et Soleil. IMHO se la joue indépendant dans la bulle du Nouveau monde. Pour un peu de lecture complémentaire sur l’édition 2008, je vous conseille le compte rendu de Morgan sur le site de Mangaverse. Il y a aussi le mini-site Mangaverse à qui propose d’autres textes et photos…

La deuxième année

En 2009, c’est un peu « on prend les même et on recommence ». Le duo Julien Bastide et Nathalie Bougon est à nouveau en charge d’un Manga Building qui n’évolue qu’à la marge. Les invités japonais sont au nombre de trois : le flamboyant Hiroshi Hirata, le designer Murata Range et la francophone Junko Kawakami (qui vit à Paris depuis 2004). L’exposition principale (située dans la salle Iribe) est consacrée à Shiguri Mizuki qui, même en l’absence de planches originales, est une belle réussite (notamment grâce à la série de cinquante-cinq estampes baptisée « La Route de Yokaïdo ». L’exposition satellite propose des planches (une quinzaine d’originaux en l’occurrence) d’Hiroshi Hirata. Il y a aussi quelques illustrations de Murata Range sur un des murs du sous-sol. Il est possible d’admirer le travail de Junko Kawakami dans une petite salle (celle qui servait au repos des bénévoles en 2008) où la mangaka fait des démonstrations (en fait, elle réalise ses planches à envoyer au Japon).

Le programme du Manga Building est plutôt bien garni. Celui de la salle Buñuel (la grande) est intéressant avec principalement l’atelier « Le Manga pour les nuls » superbement animé du vendredi au dimanche par Grégoire Hellot de Kurokawa, complété par les trois démonstrations de dessin sur palette graphique (Murata Range le vendredi, Junko Kawakami le samedi et la française Raf-chan le dimanche) et quelques longs-métrages d’animation. Le programme de la salle Méliès (la petite) est moins captivant mais propose tout de même des rencontres avec Murata Range, Hiroshi Hirata et Raf-chan (qui fait du global manga avec sa série Debaser). Trois tables rondes (dont celle sur la profession de libraire spécialisé·e) et une conférence sur la fabrication des mangas complètent un programme surtout rythmé par les diffusions d’animés. Pour avoir plus de détails sur cette édition, le mieux est d’aller lire ce qui est disponible sur Mangaverse (notamment pour y lire les comptes rendus détaillés sur la table ronde concernant le métier de libraire et la Rencontre Internationale d’Hiroshi Hirata). Il y a également la page dédiée sur le mini-site « Mangaverse à ».

En dehors du Manga Building, la bande dessinée asiatique est présente dans au Monde des bulles grâce à quatre stands d’éditeurs spécialisés : Pika, Taïfu, Tonkam et Xiao Pan. L’absence de Kana, de Kurokawa, de SeeBD (qui a fait faillite en juillet 2008) et des autres se fait bien sentir pour les fans de manga et de manhwa même si, bien entendu, Casterman, Delcourt, Glénat, Milan, Panini et Soleil ont leur corner dédié. Dans la Bulle du nouveau monde, Le Lézard Noir fait sa première apparition au festival, permettant la présence du manga alternatif en l’absence d’IMHO. L’éditeur coréen Sai Comics permet aux festivaliers de découvrir la bande dessinée coréenne indépendante au Musée du papier, avec une dizaine d’auteur·e·s présent·e·s pour l’occasion, notamment pour réaliser une grande fresque collective. Au Pavillon Jeunes Talents, les fans de Murata Range peuvent assister le vendredi à une masterclass quelque peu silencieuse tant l’auteur est peu bavard sur son travail. Heureusement que Méko, l’animateur, est là pour donner un peu de vie à l’exercice. Les amatrices et les amateurs de Kiriko Nananan peuvent voir une exposition dédiée à la mangaka à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image. Enfin, il est possible de faire le plein de goodies et produits dérivés à l’Espace Para-BD grâce à Asian Alternative et Mangashop (les deux enseignes n’existent plus depuis pas mal de temps).

N’oublions pas qu’un manga est au palmarès en 2009 : Opération mort de Shigeru Mizuki (Cornélius) remporte l’Essentiel Patrimoine.

La troisième année

Pour la troisième et dernière fois (mais nous ne le savons pas encore), la bande dessinée asiatique s’installe au sein de l’Espace Franquin, qui se transforme donc durant le festival en Manga Building. Cette année, c’est la série au succès international One Piece qui est à l’honneur. N’oublions pas qu’en 2010, la série est déjà en (long) cours depuis plus de neuf années. Le thème des pirates s’est bien sûr imposé, comme le montre la première salle. Julien Bastide et Nathalie Bougon, les commissaires, nous présentent ensuite l’univers d’Eiichirô Oda. Après deux excellentes expositions, il est impossible de ne pas être déçu par celle consacrée à Luffy et ses petits camarades. Outre un certain désintérêt de la délégation mangaversienne pour le titre, c’est le contenu de l’exposition, bien moins riche que les précédentes, qui pose peut-être problème avec son impression de trop peu. En ce qui concerne les invités, il n’y en a qu’un mais il est de qualité : Makoto Yukimura (Vinland Saga). Il est accompagné de son éditeur japonais, Mikito Takase (de Kodansha). Certes, le programme reste copieux mais il est indéniablement en deçà des deux années précédentes (par exemple, il y a beaucoup moins de diffusions). Heureusement, les excellentes performances de Grégoire Hellot, en tant qu’animateur et interprète, est l’assurance d’avoir des rencontres agréables à suivre, notamment celle entre le mangaka et Jean-David Morvan. Accordons une mention spéciale à la conférence sur le métier de tantosha donnée par Mikito Takase, mettant en lumière un des métiers méconnus de l’édition de manga au Japon. Bien entendu, l’habituelle exposition secondaire du Manga Building est consacrée à Vinland Saga. À titre personnel, c’est pour moi l’occasion de donner ma première conférence à Angoulême, et elle porte sur le shôjo manga, un domaine de la bande dessinée japonais mal perçu dans nos contrées. Notons enfin l’absence du stand Animeland, remplacé par un espace de vente proposant de nombreux titres, à commencer par One Piece et Vinland Saga. Toutefois, l’avantage d’un programme allégé de rencontres avec des auteur·e·s asiatiques permet de passer plus de temps sur les autres espaces du festival et de se consacrer aux autres bandes dessinées du monde entier.

Trois premières nous intéressent tout particulièrement : les Éditions Fei (créées par Xu Ge Fei en 2009) sont présentes au festival et proposent un excellent premier titre : Juge Bao qui bénéficie d’une petite exposition à l’accueil de l’Hôtel de Ville. La série est scénarisée par un Français, Patrick Marty, et dessiné par un Chinois, Nie Chongrui. Une autre première, dont l’importance pour le manga ne se révélera que les années suivantes, est la participation du Musée d’Angoulême au festival en mettant à la disposition de l’organisation un espace d’exposition. En 2010, une petite exposition centrée sur le Louvre permet d’admirer une illustration de Hirohiko Araki qui a réalisé la BD Rohan au Louvre dans le cadre d’une opération montée entre le Louvre, Futuropolis et Shueisha. Bien plus intéressante est la troisième première : c’est l’ouverture dans des anciens chais du Musée de la Bande Dessinée, devenant une des principales composantes de la CIBDI. L’exposition « Cent pour cent » permet de découvrir de nombreuses planches hommages réalisées par des auteurs chinois , coréens et japonais dont Ahko, Kazuichi Hanawa, Kan Takahama, Kim Dong Hwa, Laï Tat Tat Wing, Hideji Oda et Yao Feila. Il y a même un Vietnamien (Mangasia, l’ouvrage de Paul Gravett sur la bande dessinée asiatique nous montrera quelques années plus tard l’importance du médium au Vietnam) : Thi Mai Moa N’Guyen. En ce qui concerne les éditeurs présents à la manifestation, on reprend un peu les même qu’en 2009, Tonkam et Taïfu en moins. Milan abandonne ses collections asiatiques. Bref, le Festival d’Angoulême, malgré le succès de fréquentation du Manga Building, n’arrive toujours pas à donner une place réellement importante à la bande dessinée asiatique, bien au contraire…

Pour l’édition 2010, il est aussi possible de lire le compte rendu sur le mini-site dédié « Mangaverse à ». La première partie de ce dossier couvrant vingt ans de bandes dessinées asiatiques est disponible ici et la partie 2A est disponible . La troisième partie, à venir en décembre, couvrira les années 2011 à 2016. Merci à Manuka pour sa relecture et à Tanuki pour sa documentation. Enfin, j’adresse tous mes remerciements au FIBD et à ses différentes organisations dont 9e Art+.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.